Systèmes scolaires européens

Dire, Faire, Expérimenter…
juin 5, 2018
Les formes de l’eau
août 29, 2018
29/03/2018


Etre élève ne signifie pas la même chose de partout : les journées d’école ont des rythmes différents et aller à l’école n’a pas de partout les mêmes implications. Les systèmes scolaires européens diffèrent profondément les uns des autres aussi bien sur le plan de la didactique que de l’organisation.

En réalité, la durée de la scolarité obligatoire, qui s’étend de 6 à 16 ans dans la plupart des pays européens, constitue l’un des rares points en commun entre les systèmes. Toutefois, dans certains pays (par exemple, Belgique, Pays-Bas et Hongrie) la durée obligatoire est de 18 ans ce qui semble désormais constituer l’objectif commun de l’ensemble des pays européens.

Un autre point commun à tous les systèmes est la gratuité des cursus obligatoires. Il est intéressant de souligner le fait que, dans de nombreux pays, comme l’Allemagne, par exemple, la scolarité obligatoire s’étend jusqu’à l’âge de 19 ans, que ce soit au sein d’établissements scolaires ou d’autres structures prévoyant l’alternance entre apprentissage et formation en entreprise.

En ce qui concerne la durée de l’année scolaire, la moyenne européenne est de 186 jours alors qu’Italie, Hollande et Danemark atteignent la durée maximale de 200 jours par ans. En Allemagne, elle est de 188 jours, en France de 180 jours et en Espagne de 175 jours seulement. Dans ce panorama, le choix original de la Lettonie, de la Lituanie et de la Bulgarie mérite d’être signalé : la durée de l’année scolaire (minimum 155 jours pour les plus petits) s’allonge progressivement en fonction de l’âge des élèves.

D’autres différences intéressantes. Les journées d’école ont des rythmes différents et les leçons durent plus ou moins longtemps. En Italie, les leçons durent en général 60 minutes alors qu’elles peuvent ne durer que 45 minutes dans d’autres pays. En Allemagne, les intervalles sont plus longs et ne durent jamais moins de vingt minutes. En Angleterre et en France (en Italie aussi parfois) les journées d’école sont formées de deux demi-journées de leçons, séparées par la pause-déjeuner. En Suède, les élèves n’étudient pas plus de trois matières scolaires par jour et aller à l’école signifie également fréquenter les bibliothèques et les gymnases.

Et les manuels scolaires? En Grèce et en Suède, les manuels sont entièrement gratuits, tout au long de la scolarité. Toutefois la Grèce, Chypre et Malte sont les seuls pays où les manuels scolaires sont imposés aux professeurs, c’est-à-dire où le choix des manuels est centralisé. Dans les autres pays, les enseignants jouissent d’une plus grande liberté en ce qui concerne le choix des manuels. L’utilisation croissante de supports numériques, qui sont d’ailleurs de mieux en mieux conçus, en alternative aux manuels scolaires papier, semble constituer une tendance générale.

Et les vacances? Elles peuvent durer au total de 6 à 13 semaines. Voyons un peu plus en détail comment elles sont articulées dans les différents pays. Quand on naît en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, au Lichtenstein, en Norvège, en Pologne ou en République Tchèque, les vacances d’été sont certainement moins longues qu’en Italie, en Turquie ou en Lettonie. Les études statistiques démontrent en revanche que là où les vacances d’été sont plus courtes, les semaines d’écoles sont plus légères et plus souvent entrecoupées de brèves périodes de vacances. En France, par exemple, les élèves ont des vacances de deux semaines toutes les 6 ou 7 semaines. Sans parler des Petites Vacances, c’est-à-dire de brèves mais enviables vacances hivernales en février…

Autre question cruciale : quel est le système scolaire réputé le meilleur et le plus performant? Il semblerait, à l’unanimité, que ce soit l’ensemble de la Scandinavie et que les raisons en sont nombreuses. Étant donné la variété des thèmes importants et le nombre de pays impliqués dans les classements, il serait bon d’approfondir le sujet. Le site Eurydice, par exemple, le réseau européen d’information, d’analyse et de comparaison des systèmes d’éducation, né à Bruxelles en 1980, sous l’impulsion de la Commission européenne, constitue une bonne source d’information.

Gabriella Santini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *