Dire, Faire, Expérimenter…

Systèmes scolaires européens
juin 5, 2018
03/08/2017


La centralité du learning by doing dans le processus d’apprentissage

Apprendre en faisant, pour les spécialistes: learning by doing. Nous entendons beaucoup parler de cette approche didactique innovante, de plus en plus appréciée.

Celle-ci s’appuie en effet sur des stratégies visant à enrichir la leçon magistrale traditionnelle au travers de l’expérience, qui étant vécue directement par tous, est susceptible de transmettre les contenus de manière réellement incisive et efficace. Sommes-nous toutefois face à une approche vraiment «nouvelle»?

Le learning by doing au quotidien

En nous éloignant un instant de l’environnement scolaire, nous nous rendons vite compte qu’un tel comportement concret représente depuis toujours une approche privilégiée à la connaissance.

Le fait de faire implique toujours directement l’apprenant, qu’il s’agisse d’un enfant qui fréquente l’école ou de tout individu affrontant la réalité avec la volonté d’en savoir plus concernant ce qu’il voit et d’en comprendre les mécanismes.

Expérience et science

En adoptant un tel point de vue, chacun d’entre nous, à partir du moment où il entreprend un parcours d’apprentissage pour satisfaire sa curiosité, peut être considéré comme un scientifique.

Un scientifique dans la lignée de Galilée, qui dès le XVIIe siècle, mit l’expérience au centre de la méthode scientifique parce qu’il considérait qu’elle constituait l’unique véritable mesure fiable de la connaissance. Aujourd’hui encore, cela ne fait aucun doute: un savoir que nous avons acquis et testé directement est toujours plus convainquant et durable.

Place donc à l’expérience, aux actions, à la manipulation, aux tentatives et même aux échecs, à condition qu’ils soient suivis d’autres tentatives revues et corrigées. Bref, plus de doing… plus de learning!

Centre de recherche Headu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *